Aurélia, 26 ans, designer, son monde est la matrice

aurélia les copains homie appli app sortie

Aurélia est designer mais aurait aimé être botaniste (ou égyptologue). C’est drôle, car on l’imaginerait très bien avec un chapeau de paille et une blouse blanche, allongée dans un champ de fleurs. Comme Alice sniffant ses pâquerettes. « J’aime Alice, c’est mon idole, avoue Aurélia lorsque nous osons la comparaison. J’aime les grandes plantes tordues, les trompe-l’œil, les chats qui parlent. » Les chats qui parlent ? « Oui, j’ai un chat : Cocaïne, et elle parle. » Aurélia n’a pas pris de pilule, mais son monde est la matrice. Follow the white rabbit.

Que cherche Aurélia quand elle sort ? « Des atmosphères différentes ; des lieux qui ne sont pas ce qu’ils semblent être. » Comme le Baranaan, un bar déguisé en train bleu (ou l’inverse ?). On y déguste des spécialités indiennes, tout en regardant défiler les paysages. Ou comme le Lavomatic, un speakeasy caché derrière la porte d’une laverie. Ou encore comme le Little Red Door, qui abrite, derrière une porte rouge, l’une des 50 meilleures cartes du monde selon Drinks International… Parfois, aussi, Aurélia repasse de l’autre côté du miroir, là où les choses ne sont rien d’autre qu’elles-mêmes. « J’aime bien flâner rue Saint-Anne, et choisir au hasard un Japonais. » Car, évidemment, notre homie aime le hasard. « Comme Alice ! » Ce hasard qui, passé minuit, déploie ses étoffes rêveuses, cousues de chapeliers fous et de dames de cœur. « Ah ça, au Rosa, il y en a des dames de cœur ! » Ce hasard qui la fait déambuler dans Paris à la recherche de lieux mystérieux, tel le Jardin d’Agronomie Tropicale, en bordure du Bois de Vincennes, où se cachent des vestiges de l’exposition coloniale de 1907.

Cependant, ce qui émeut le plus Aurélia, ce qui affole son imagination dans ses racines, ce sont les serres. « Je les aime tellement… J’aime leur moiteur, leur indiscipline, leurs gros mots… » Leurs gros mots ? « Oui, elles insultent ceux qui ne les comprennent pas. Ce sont des divas. » Ses serres préférées, ce sont celles d’Auteuil. « J’y fais mon pèlerinage annuel. » Mais elle aime également la Fondation Louis Vuitton, le Grand Palais, le Passage du Grand Cerf, le Jardin des Plantes, la Galerie Veri-Dodat… « tout ce qui a des vitres et du métal ». L’été, Aurélia ne refuse jamais un pique-nique aux Buttes-Chaumont ou au Parc Montsouris, même s’il n’y a pas de vitre ni de métal. « Parfois, quand le ciel est gris, on dirait une grande voûte transparente, du coup ça passe. » Et quand son humeur n’est pas à la démesure mais à l’intime, Aurélia trouve refuge dans le jardin d’hiver de Jacquemart-André. « Des petites vitres, des petites plantes, mais un grand bonheur. » Un bonheur qu’elle cultive également au Centre Pompidou, écrin préféré des illusionnistes et des baroques, ou à l’opéra, lorsque s’y joue une pièce de Shakespeare. « Le monde entier est un théâtre, Et tous les hommes et les femmes seulement des acteurs », cite-t-elle de tête, nous révélant dans la foulée sa passion pour les bals costumés – comme celui du Château de Versailles, sorte d’hypnose anachronique dans laquelle elle aime glisser ; ou bien celui de son château imaginaire, aux murs constellés de selfies snap-chat. « Cocaïne adore voir sa tête avec des oreilles de souris, elle pense que ça va l’aider à chasser. Comme elle louche, elle a besoin de subterfuges. »

Sortez comme Aurélia, retrouvez dès maintenant ses hashtags préférés sur Homie.

Un verre après le boulot:

@Lavomatic @LaBellevilloise

Danser toute la nuit:

#Péniche #Guinguette @RosaBonheur @LEntréeDesArtistes @LaMano

Te balader:

#Serre @PèreLachaise @JardinsDesPlantes @MuséeDeLaChasse

Te poser en terrasse:

#Rooftop @TerrassHotel @Perchoir

Bruncher:

@LEntrepot

Faire un resto entre potes:

@LaRecyclerie #FermeUrbaine

Faire un resto en tête à tête:

@LaBoccaDeLaVerita

Faire un pique-nique:

@ButtesChaumont @ParcMontsouris