Marc, 30 ans, startuper, jamais à l’abri d’une rencontre

marc les copains homie appli app sortie

« Cœur inquiet ne prospère pas. » Ce proverbe antillais semble avoir été écrit pour notre ami Marc, enfoncé dans le cuir anthracite d’un vieux canapé. Alors que nous préparons notre matériel (d’une complexité que vous imaginez affolante), le garçon nous fixe d’un œil joueur, comme s’il avait hâte d’en découdre. Ça tombe bien, nous aussi. Le micro enfin réglé, nous le tendons vers Marc, dont les lèvres se fendent d’un généreux sourire. Nous sommes déjà conquis.

Sans surprise – son « Bonjour » l’avait trahi –, Marc n’est pas de Paris. Ses racines traversent même l’Atlantique, jusqu’à la Guadeloupe et ses plages de rêve. Promis, nous ne tomberons pas dans le cliché. En Guadeloupe, Marc a cultivé le goût de l’amitié, de la danse et du sourire. Ce sourire qui ne quitte décidemment plus ses pommettes, d’une rondeur envieuse. A 20 ans, Marc quitte son île chérie, direction Sophia-Antipolis dans le cadre de ses études. Le garçon est ambitieux et bon élève. Deux qualités qui lui permettent de réaliser son rêve en 2007 : rencontrer Paris.

Commence alors une véritable histoire d’amour entre notre gaillard et la capitale. Marc, qui aime prendre son temps, regarde d’un air timide la dentelle de notre Dame de fer. Sa parade se limite à quelques restaurants avec sa copine d’alors, ses week-ends antillais, et surtout sa sortie hebdomadaire entre potes, au Bloody-Mary ou au Twenty-one. Marc effleure sa promise à peine rougissante, mais dans ces maigres étreintes palpite la promesse de nuits bien plus torrides.

En 2013, la fusion opère. De nouveau célibataire, Marc s’installe en coloc’ et lance son esquif à l’abordage. Oberkampf, Mouffetard, Denfert, Grands Boulevards… Paris lui ouvre les portes de sa diversité. Marc trouve ce qu’il était venu chercher : le miracle de rencontres spontanées, joyeuses, libres, multiples. Sa passion de la danse, combinée à une gouaille attachante, le dispensent souvent de rentrer seul. Sa devise ? « Rester soi-même en toute circonstances. » Ça tombe bien, les gens l’aiment comme il est.

Aujourd’hui, Marc vogue sur des eaux plus calmes, le long de la Seine principalement. Les quais d’Austerlitz, de Saint-Michel, et surtout d’Invalides, ont la douceur chamarrée d’un after. Après l’orgie, le plaisir de la mesure : Marc picore les soirées avec modération, au Rosa, au Flow, à la Javelle ou encore à la Boumette. Si son portefeuille a désormais le mal du startuper – plus d’idées que de moyens –, son amour du monde n’a pas changé. Un monde « pas trop guindé », multilingue, qui fait d’une bouteille de rosée une boussole, et d’un rythme latino le passeport vers d’autres amitiés. Un monde « cool », en somme.

Sortez comme Marc, retrouvez dès maintenant ses endroits préférés sur Homie.

Pour prendre un verre après le boulot?

@OSullivans @Saint-John’s @CharlieBirdy

Pour danser toute la nuit?

@LaBellevilloise @CorcoransGrandsBoulevards @FavelaChic, @CaféOzDenfert @ViolonDingue

Pour faire des rencontres?

@RosaBonheurSurSeine

Pour se balader?

@ParcDesButtesChaumont @SacréCoeur @QuaisInvalides

Pour se poser en terrasse? En plein air?

@LeFlow

Pour faire l’apéro entre potes?

@LeBloodyMary

Pour faire un resto entre amis?

@IlSeguito @IndianaBastille

Pour faire un pique-nique?

@PelousesInvalides @ChampsDeMars